World ends this afternoon...

Une histoire avec des sorcières dedans - selon Oliver

Après avoir fuit l’orphelinat de Denver, je repérai une diligence sur le départ pour Building Ground City. A dos de Molly, ma mule, je la suivis. Arrivé à destination, je me suis retrouvé au milieu d’une grande voie poussiéreuse. Y’avait plusieurs bâtiments : deux casinos, un tout petit temple, un saloon et un grand bâtiment tout gris et tout laid me rappelant l’orphelinat de Denver. J’espérais ne plus jamais le revoir quand j’aperçus une dame élégante descendre de la diligence. Elle était habillée très chic et avait beaucoup de valises. Chouette ! Une occaz’ pour gagner une p’tite pièce pour le dîner de ce soir ! La grande dame, qui disait s’appeler Margaret Green de la Confrérie des trois bigots (ou quelques chose du genre), accepta, ravie.
Après avoir porté ses bagages dans sa chambre au saloon, j’allais réclamer ma pièce lorsqu’elle me proposa de dîner avec elle. Chic la vieille ! Margaret était pas très rassurée dans ce saloon entre tout ces messieurs qui braillaient fort, disaient plein de gros mots et buvaient comme des trous. On s’est assis avec une dame qui portait une robe pleine de grelots et qui avait les nénés qui en sortaient presque, la belle Fara. Elle nous parla d’un pensionnat hanté en ville, brrrrrr. Le dîner fini, Margaret nous proposa de l’accompagner le lendemain au temple pour demander au révérend de la ville où trouver du travail. Après les avoir salué, j’allais faire ma petite prière et me coucher dans l’écurie du saloon.

Le lendemain matin, après une petite toilette dans l’auge de l’écurie, je me rendis au saloon pour y retrouver Margaret et la belle Fara. A l’intérieur, je faillis rendre le petit déjeuner que je n’avais pas encore pris : un monsieur pendait au plafond, le bide ouvert et les intestins sur les pieds. La belle Fara était là, Margaret aussi, elle buvait un verre au bar, et il y avait aussi un monsieur avec de drôles de vêtements. Il ressemblait un peu aux messieurs qui explosent parfois près des rails en construction. Le Sheriff arriva et m’interrogea sur mes parents et sur ce que je faisais là. Il me confia à Margaret et nous interdit de quitter la ville, comme quoi qui y avait déjà eu un autre mort comme celui là avant… De toute façon, je comptais pas partir tout de suite.

Avec Margaret et la belle Fara nous allâmes voir le révérend du coin. Il n’était pas encore là et comme je m’ennuyais je farfouillais un peu dans les alentours, voir si je ne pouvais pas me trouver de quoi déjeuner. Je remarquais une grande tâche rouge sur l’autel du temple et y attira Margaret. Le révérend entra alors et il nous apprit qu’un mort avait été retrouvé ici aussi ! Margaret commença à parler de me placer à l’orphelinat ! Non, non, non ! Je m’en fiche je m’enfuirai !

Margaret et la belle Fara me traînèrent dans le pensionnat où nous retrouvâmes le monsieur aux drôles de vêtements, Monsieur Rougi ou un truc comme ça. Un monsieur tout moche et tout vieux, l’intendant, vint nous voir et semblait vouloir me garder. C’est alors qu’on entendit des cris venir de la cantine : tous les profs étaient en train de vomir ! C’était marrant ! Alors que les adultes courraient partout et se tordaient dans tous les sens, j’allais parler à un gamin du coin. Il s’appelait Sam. Je lui demandais s’il avait déjà vu les démons dont parlait Fara au saloon. Il me dit que non mais qu’il avait un copain qui crachait du feu. Il est bête ce Sam, les garçons qui crachent du feu ça existe pas. Je vis alors Margaret, Fara, M’sieur Rougi, le vieux et l’adjoint du sheriff descendre dans la cave du pensionnat et les suivis.

C’était tout poussiéreux et très sombre. Des traces menaient à une porte fermée. M’sieur Rougi l’ouvrit. Trois gros chats aux yeux rouges en sortirent et attaquèrent le sheriff adjoint. Margaret et M’sieur Rougi et tout le monde criaient et paniquaient. Mais moi, j’ai gardé mon calme ! J’avais déjà vu des vilains minous à Denver, pas aussi moches, mais des vilains ça oui ! Je sortis mon arme et BANG ! BANG ! BANG ! Plus de vilains minous ! A l’intérieur de la pièce d’où ils étaient venus, y’avait un autel bizarre.

Après avoir abattu les vilains minous, on est tombés sur la maison d’une espèce de vieux médecin très bizarre qui avait l’air d’en savoir beaucoup sur le pensionnat. Tandis que les filles l’occupaient, avec M’sieur Rougi on est monté discrètement dans son bureau en escaladant le mur extérieur pour y farfouiller. On y trouva un bocal rempli d’un étrange liquide d’où s’échappaient des espèces de mini-fantômes. Maguy a pas trop aimé ça. C’est vrai qu’il est pas clair le vieux.

Le soir, on est rentrés au saloon. Avec tout ça, on n’avait pas envie de dormir. Moi en tout cas, j’avais pas trop envie de rester seul dans l’écurie. Comme les autres avaient décidé de se cacher dans les souterrains de la ville pour y dénicher le coupable de l’empoisonnement de l’orphelinat, je les suivis. La nuit, caché derrière un tonneau, on a fait le guet, chacun son tour. Finalement, un m’sieur tout en cape entra dans la cave. Les autres se jetèrent sur lui. J’ai aussi vu la belle Fara faire apparaître des cartes magiques dans sa main, mais personne d’autre l’a vu ça. Le monsieur tout en cape, c’était le vieux médecin. C’est lui qu’avait empoisonné la bouffe du pensionnat, mais y disait qu’il avait pas fait exprès. Il nous parla aussi d’un cadavre qu’il avait enterré dans son jardin. Maguy a voulu qu’on le déterre et qu’on l’abandonne devant le temple pour qu’il soit mis dans la terre des cons sacrés. Elle a aussi menacé le vieux docteur de le dénoncer s’il arrêtait pas ses bêtises et s’il allait pas au temple pour prier. Il promit d’être gentil et disparu. Après quoi on était bien crevés et on est parti dormir.

Le lendemain, on a vu tout le monde s’agiter à cause du cadavre. On a aussi vu l’ancien maire de la ville au siège de son journal. Tout était cassé là-bas. Il nous a parlé de sa femme morte, Amélia, qui avait été tuée comme les autres, y’a 5 ans. Il nous dit aussi qu’il devait quitter la ville le lendemain. Un peu bizarre ce vieux là. Comme Maguy voulait retourner chez le vieux médecin et que j’avais pas trop envie d’y aller, j’me suis éclipsé et j’ai suivi l’ancien maire dans sa maison. Là-bas j’l’ai vu feuilleter des livres de sorcellerie. J’retrouvai les autres chez le vieux médecin pour leur parler des livres. M’sieur Rougi et Fara retournèrent voir l’ancien maire qui leur parla de sorts et de cadavres ambulants je crois. Après ça, les autres voulaient tous aller au cimetière du temple pour déterrer le cadavre de la femme de l’ancien maire et trouver des indices sur le coupable des meurtres. Le pasteur était pas trop d’accord pour qu’on l’ouvre, mais Maguy l’a convaincu de pas regarder. Le couvercle de la tombe était super lourd pour être ouvert à mains nues. Mais grâce à Molly, c’était pas vraiment un problème. Et là, surprise, personne dans la tombe !

Le soir, en retournant au saloon, la ville avait changé : les corbeaux croassaient de partout, les chiens aboyaient comme des fous et les chats crachaient. Beaucoup de gens se disputaient aussi. Maguy et M’sieur Rougi sortirent pour voir l’intendant. Avec Fara on est resté au saloon pour se reposer mais des coups de feu au journal nous attirèrent dehors. On y retrouva M’sieur Rougi et Maguy devant le cadavre de Bloom qui venait d’être tué par sa femme. Mais elle était pourtant censée être morte ! C’est quoi cette histoire de fous ! Et alors on a été attaqués par des rats et des corbeaux en colère ! Mais on s’est échappés de là et on a couru au temple…. Et là… et là… horrible, une femme, Amélia je crois, qui ressemblait plus à un cadavre ambulant qu’à autre chose, nous a attaqué avec deux gros chiens. Je sais plus trop ce qui s’est passé… en tout cas pour sur j’ai vu Maguy changer des bâtons en serpents et Fara jeter des cartes lumineuses… C’est pas très clair tout ça. C’est p’tetre des sorcières… Enfin, je suis pas sûr de ce qu’on a vu, paraît que j’ai reçu un coup sur la tête et que depuis j’oublie des trucs. Mais je suis sur d’avoir vu une morte marcher et sauter partout au plafond…

Comments

Dr_Bueno

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.